• Accueil

Après "Ma mère et moi" unanimement salué par la critique, Brahim Metiba écrit un deuxième texte tout aussi intense : le livre de son père. Le père du narrateur, algérien, venu lui rendre visite en France, laisse un mot sur la table de son appartement avant de repartir pour l’Algérie : "Je n’ai pas eu le temps de bavarder avec toi, je te laisse ce ticket de métro. Ton père" (éd. Mauconduit). Ce qui est en jeu, c’est l’incommunicabilité des êtres qui s’aiment, accentuée par les différences de mode de vie.