• Accueil

Maurice MARCENY se définit lui même comme originaire des îles. Cette appartenance à ces terres lointaines est une des premières choses qu’il nomme en parlant de sa peinture. De la Martinique, il nous rappelle l’ambre des peaux, la vivacité des teintes, des sensations de soleil et la particularité des figures.

Mais si vous poursuivez la conversation, vous vous rendez vite compte que Maurice MARCENY ’éprouve de la  nostalgie des Caraïbes et qu’il est aussi très Parisien, attaché à la ville des arts où il réside depuis 45 ans, aux couleurs de ses foules et aux lumières de ses nuits.

On le sent qu’il est des caraïbes et ’il parle de là-bas comme de sa patrie, homme en voyage pour aller plus loin, saisi dans un élan tranquille, c’est d’ailleurs le mouvement qui l’intéresse, celui de personnages qu’il peint pris dans le vif d’un geste.

C’est pourquoi, il nous traduit sur ses  toiles, ses souvenirs, ses lectures, ses inspirations, la nostalgie de la Martinique qui a baigné son enfance. Ses histoires racontées par sa grand-mère qui a  connu la période dite « en tem robert ».

Les hommes des mornes qui chantaient des chants accompagnés par des instruments des esclaves tels que le tambou bélé, le chacha, la flûte, le ti-bois etc qui étaient pour eux le seul  moyen de se distraire après des journées harassantes de la coupe de canne et de  la récolte de la banane.

Mots clés: Martinique artiste peintre, Caraïbes

Lire la suite

MAW

GBLEDO Mawuse, peintre et illustratrice autodidacte, est née au Togo, un petit pays d’Afrique de l’ouest.

Elle est issue d’une famille paysanne et comme beaucoup d’enfants Africain, Maw doit très vite prendre sa vie en main malgré son jeune âge. Aller dans une école d’art n’est évidemment pas possible. En outre, une fille se marie afin de faire l’honneur de sa famille. Ainsi décider de peindre et d’en vivre, n’est socialement pas acceptable. De ce fait, elle ne trouve plus sa place auprès des siens et de bonne heure, apprend à affronter la vie seule.

C’est au contact du milieu associatif et artistique qu’elle s’enrichit ; les arts plastiques, le batik, les dessins satiriques, la danse traditionnelle africaine, sont les domaines aux travers lesquels elle évolue. Sa toute première exposition se fait au Togo, au grand hôtel Sarakawa, puis au centre culturel 54.

Arrivée en France en 2013, Maw partage son temps de vie, entre travaux artistiques et associatifs à but humanitaire. Elle fait des ateliers de dessin avec les enfants au centre de loisirs LINOT, passe par des lieux d’expositions principalement sis, dans les départements du 44 et du 85, au Nefs, à la FERRIERE, Nieul le dolent, la Chaize le vicomte, d’Aubigny, la roche sur yon avec Amnesty international, Paris …

Mots clés: peinture artste Afrique de l'Ouest

Lire la suite