Rencontre littéraire 'Florence Tsagué'

Florence Tsagué est née au Cameroun. Après les études de littérature, de linguistique appliquée et des sciences politiques, elle est actuellement chargée d´enseignement à l´Université de Wuppertal en Allemagne. Passionnée de littérature, elle publie son premier roman "Femmes Connues, Coépouses Inconnues" aux Éditions Edilivre en 2009, un roman qui met sur le tapis l’épineuse question de la polygamie dans un monde en pleine mutation. Elle revient cette fois-ci dans le monde littéraire avec le livre "La Porte de Minuit", paru en novembre 2016 aux Éditions l´Harmattan, collection "Encres Noires". Michel Tagne Foko l’a rencontrée et a recueilli cet entretien pour AFRIK.COM.

Michel Tagne Foko : Ce livre est-il inspiré d’histoires vraies ?

Florence Tsaqué : Il y a dans ce livre un mélange de la réalité et de la fiction. Les réalités et les démons qui hantent notre société. Les thèmes tels que la vie des couples, le poids du secret, les "deuxièmes bureaux" (concubines), les accidents routiers et la situation calamiteuse des hôpitaux sont traités dans la nouvelle "Le Revenant".

La gestion de la chose publique, la méritocratie, l´éthique et la culture politique occupent une place de choix dans la dernière nouvelle "Un Cadavre pour le Remaniement Ministériel". A ceci s´ajoutent les histoires racontées par les adultes pendant l´enfance, à côté du feu, lesquelles nourrissaient notre imagination. Elles constituent la toile de fond des nouvelles "La Porte de Minuit" et "Le Marigot aux Raphias Dansants". Les monstres et fées qui peuplaient ces mythes ne quittaient pas souvent notre imagination quand nous nous retrouvions seuls au milieu de la nuit. Dans "La Porte de Minuit", ils vont prendre corps.

La fiction a besoin d´un fil conducteur chargé d´imagination pour réunir les bribes et les pièces du puzzle.